Menu icoMenu232White icoCross32White
<
>

LE MASQUE EMPÊCHE DE RESPIRER CORRECTEMENT
ET ENTRAINE DE GRAVES TROUBLES DE SANTE

Dr. A

C'est avec gratitude que je vous remercie de rester ferme face à l'adversité, par l'emploi d' une parole saine et utile qui s'inscrit dans une dynamique relationnelle vertueuse en faveur de la justice et du Bien commun

En qualité d'infirmière ES suisse, je me sens réconfortée qu'un certain nombre de médecins français se positionnent clairement face à la  pLandémie criminelle du Covid-19 puisque un nombre élevé de médecins suisses restent silencieux quant au génocide programmé du peuple Français et de 90% de l'humanité.

Dévoilement infirmier du fonctionnement de l’État profond au 25 décembre 2020, à consulter sous :

François de Siebenthal. Nathalie Scheidegger. Noël. 1291.one [en ligne]. 25 décembre 2020. Disponible à l’adresse : https://1291.one/noel/

 

Voici des nouvelles encourageantes en Suisse:

Eric Felley. L’UDC a décidé de faire la guerre à Berset. Lematin.ch [en ligne]. 11.01.2021 à 15 :48. Disponible à l’adresse : https://www.lematin.ch/story/ludc-a-decide-de-faire-la-guerre-a-berset-874261045581

Sous le titre est écrit :

Depuis l’annonce de nouvelles mesures, le parti de Thomas Aeschi (UDC/ZG) a décidé de durcir le ton avec le conseiller fédéral en charge de la Santé.

Dans le corps de texte est écrit :

Samedi dernier, dans un communiqué concernant les nouvelles mesures prévues par le Conseil fédéral pour lutter contre l’épidémie, l’UDC a choisi sa cible. Ce n’est plus le Conseil fédéral qui est blâmé dans ses décisions, mais le ministre fribourgeois en charge de la Santé : « Alain Berset préfère détruire des branches entières et des dizaines de milliers d’emplois au lieu de développer enfin des concepts de protection efficaces pour les éléments les plus vulnérables de notre société ».

Le communiqué insiste dans la même veine ; « La gestion de la crise par Alain Berset est désastreuse. Les défaillances du ministre de la Santé marquent tel un fil rouge le déroulement de la pandémie de Covid-19». Ou encore: «Le conseiller fédéral Berset (…) pousse ainsi à la ruine des dizaines de milliers de personnes».

En conclusion, l’UDC « invite donc le Conseil fédéral à retirer ce dossier des mains d’Alain Berset ». C’est cette proposition qui a fait l’objet d’un sondage sur le site de «20 Minuten» depuis dimanche. Le chef du groupe UDC aux Chambres fédérales, Thomas Aeschi (UDC/ZG), a rapidement tweeté les résultats qui montraient 50% d’avis favorables. Ensuite, l’UDC Suisse a pris le relais dans la journée de lundi pour suivre l’évolution des résultats. Lundi après-midi, environ 53% des lecteurs de «20 Minuten» étaient d’accord avec l’idée de retirer la gestion du dossier à Alain Berset. Mais pour la donner à qui ? Ce n’est pas précisé.

Est-ce que le Conseil fédéral doit retirer le dossier à Alain Berset ? Une majorité des lecteurs de «20 Minuten» y sont favorables.



ATS. Le référendum contre la loi Covid-19 a été déposé. 24heures.ch [en ligne]. Publié : 12.01.2021, 12h57. Disponible à l’adresse : https://www.24heures.ch/le-referendum-contre-la-loi-covid-19-a-ete-depose-755875581702?fbclid=IwAR3xtV90riD7KSfD1p1hp883tLukiB0ZCmtkgxv_p7IfSP2O2LYV0H0i6Ko
 

Sous le titre est écrit :

Le référendum veut empêcher que les pouvoirs d’urgence du Conseil fédéral pendant la pandémie ne soient légitimés rétroactivement et prolongés jusqu’à la fin 2021.

Et en corps de texte :

L’association «Les amis de la Constitution» a déposé mardi à la Chancellerie fédérale à Berne un référendum contre la loi Covid-19. Près de 90’000 signatures ont été recueillies, a indiqué le porte-parole de l'association, Christoph Pfluger. Le référendum a pour but d’empêcher que les pouvoirs d’urgence du Conseil fédéral pendant la pandémie ne soient légitimés rétroactivement et prolongés jusqu’à la fin 2021. La loi Covid-19 est déjà en vigueur.

Les auteurs du référendum estiment que la loi Covid-19 est inutile, car elle traite en majorité de prestations financières que le Conseil fédéral peut réglementer par des arrêtés fédéraux, même sans pouvoir d’urgence. Et si la pandémie recommençait, le Conseil fédéral pourrait promulguer de nouveaux arrêtés d’urgence, estime le comité référendaire.

D’après les «Amis de la Constitution», la loi Covid-19 permettrait d’introduire un système obligatoire avec des vaccins faiblement testés, ce qu’a toujours démenti le gouvernement. Selon les déclarations de Christoph Pfluger à l’agence de presse Keystone-ATS mardi, le succès du référendum serait un appel aux autorités à faire preuve de la plus grande prudence dans la campagne de vaccination voire à imposer un moratoire.

La votation sur la loi Covid-19 ne pourra probablement pas avoir lieu avant juin 2021, date à laquelle la loi sera déjà en vigueur depuis neuf mois. L’association «Les amis de la Constitution», fondée fin juillet 2020, compte environ un millier de membres, selon M. Pfluger.

Je vous adresse, Dr. A, mes salutations les plus cordiales.

Nathalie, infirmière ES

Bonjour,

Je vous écris ce jour afin de vous remonter les soucis que mes enfants ont rencontré concernant le port du  masque à l’école.

Je suis dans le département du Nord (59), J’ai deux garçons de 8 et 6 ans (CE2 et CP).

La première chose à remonter est que quand mes enfants ont appris qu’ils devraient porter un masque, spontanément ils ont exprimé qu’ils ne voulaient pas retourner à l’école.

C’est donc sous la contrainte qu’ils ont du s’y  présenter masqués.

Les premiers jours, ils ont dit qu’ils avaient du mal à le supporter, que ça leur donne chaud, qu’ils ont du mal à respirer.

Lorsqu’ils le baissent un peu  pour mieux respirer, on les reprend, on leur demande de bien mettre le masque sur le nez et d’arrêter d’y toucher. Ils me disent même que quand ils le baissent un peu en douce, certains enfants les dénoncent.

Mon fils de 8 ans a eu des saignements de nez en début de semaine : lundi 09/11 au soir, mardi 10/11 à 11h30 en sortant de l’école et mercredi 11/11 le matin au levé.

Mon plus jeune fils de 6 ans a, quant à lui, parlé de maux de tête et de difficulté à bien respirer.

Ils ne sont pas allaient à l’école du jeudi le temps que je trouve une solution car cela m’inquiétait beaucoup.

J’ai fini par me procurer des masques types visière qui se posent sur le menton, l’école a refusé car cette protection  n’est pas  autorisée par l’éducation nationale.

Aussi quand mon fils de 8 ans est sorti de l’école mardi soir, il avait le teint vraiment très pâle et on voyait qu’il n’était pas bien.

Quand je vois sortir mes enfants de l’école, je remarque une différence de comportement. Petite mine, tristesse dans les yeux. On sent qu’on leur impose quelque  chose de difficilement supportable et que le contexte est lourd.

Enfin, J’ai constaté chez mes enfants de l’irritabilité, ils s’énervent et se chamaillent pour un rien et parfois pleurent pour ne plus retourner à l’école. Au moment du coucher, ils demandent toujours pour dormir avec moi alors qu’avant, ils avaient l’habitude de se coucher dans leur chambre sans problème.

Jusqu’ici, le corps enseignant et médical à qui j’ai eu à faire, n’a pas daigné accepter l’idée que le masque peut être dangereux. Pour eux, c’est comme ça et pas autrement, ils exécutent les ordres.

Voici mon témoignage, en espérant sincèrement que cette action contribuera à faire retirer cette obligation nocive  et maltraitante  pour nos enfants.

Cordialement.

Emmanuelle F., maman très inquiète pour ses enfants.

Bonjour

Etant donné que je m’oppose fermement au port du masque pour ma fille de 7 ans, j’ai fait le choix à contre cœur de déscolariser mes 2 enfants. Son frère de 5 ans reste donc avec elle a la maison. Nous allons faire une demande d’instruction a la maison tout en ne sachant pas ce qu’il adviendra de cette possibilité d’ici qlq mois. Cela crée pour les enfants un climat d’incertitude qui bien qu'ils soient vraiment dans une étonnante adaptabilité aux circonstances, génère forcement de manière insidieuse un stress.

Certes j’aurai pu faire le choix de les mettre sans masque mais d'une part, je doute qu’ils aient pu résister à la pression déjà quasi insupportable pour un adulte lorsqu’ il choisit de ne pas se masquer et d’autre part, je trouve cela vraiment violent de voir ses camarades masqués, déshumanisés. Voir leur institutrice masquée, leurs parents dans les magasins, etc....suffit !

C'est pourquoi j'ai choisi de dire non!!!

Je refuse que mes enfants assistent à une telle horreur. Ne parlons même pas de la présence policière et des débats prévus et engagés le jour de la rentrée qui auraient encore plus traumatisé mes enfants. Je me demande parfois comment on a pu en arriver à cela.

J’espère que la cause des enfants trouvera résonnance auprès des personnes ayant le pouvoir d’y mettre fin !

 En attendant voici mon témoignage de maman triste d’avoir eu à faire ce choix...

Amicalement 

Léa 

Bonjour

Cette présente pour joindre ma voix et mon témoignage à des milliers d autres sur notre territoire de France. Je suis maman de 3 ados de12 à16 ans et également enseignante artistique dans un conservatoire.

J’ai donc une observation croisée sur des enfants, des ados, de jeunes adultes, des adultes et séniors.

 Depuis la loi du port du masque sur nos ados des collèges et lycées, 8h par jour (sans compter les activités périscolaires), j’ai constaté très rapidement chez mes propres enfants de violents et persistants maux de tête, une perte d’énergie. Ma fille rentrant du collège s’endort au moins 1h 30 avant de reprendre vie ,faire ses devoirs et partager sa journée. Ce qui ne lui était jamais arrivé auparavant.

Des boutons, sécheresse cutanée tout cela ciblé sous le masque, pour les 3,et un abattement moral pour le plus âgé, qui en  classe de première pro se pose des questions sur ses stages  et son avenir.....

J’ai essayé de les dissuader de porter ce maudit masque mais ils ont tous eu peur du rejet scolaire. Bons enfants obéissants!

J’ai tellement été choquée du rôle et du comportement des enseignants, des pions, des surveillants. Peu ou pas d’empathie et une peur énorme.... De la maladie ? peur de désobéir.?

Etant moi-même enseignante j’ai compris a quel point l’adulte est le responsable et le garant du bien de l’élève... Et là, il y a maltraitance clairement.. Je ne cautionne pas tous ces enseignants qui ont laissé appliquer sans broncher ces aberrations ...faire du sport, chanter, étudier, parler une langue étrangère avec un masque...on a perdu la raison..et cela pour un virus.?

Mais que dire des tout -petits de 6 ans ! Et un masque toute la journée !!

Comme je le disais j’enseigne et je n’ai jamais appliqué cette mesure. Chacun est venu librement, aucun n’a été malade et nous avons eu plaisir à travailler. Sur 55 profs je suis la seule, quelle honte....j’en ai pleuré. Mes élèves m’ont tous dit que c’était le seul endroit où ils respiraient librement et les plus jeunes les larmes aux yeux me disaient leur souffrance avec ce masque et leur découragement... Ils perdaient leur vivacité dans leur regard et motivation de découverte ...

J’en suis encore bouleversée, ne les voyant plus que par visio mais constatant encore et encore leur détresse actuelle.

Si nous adultes, parents, enseignants nous ne nous érigeons pas contre cette torture, nous ne sommes pas dignes d’être ni l’un ni l'autre .et quand cette génération nous demandera des comptes, que dirons-nous ...ON A LAISSE FAIRE !

Jamais cela comme poids dur mon cœur !

Is

Mère et enseignante.

Bonjour 

j'habite la commune de flassans sur issole avec mon enfant.

Cela fait 2 semaines que mon fils doit porter ce masque et déjà des dégradations sur sa santé.... 

Il se plaint de maux de tête, de gorge irritée ... je l’ai amené à son médecin qui a bien vu que c’était lié et qui lui a fait un certificat médical lui autorisant de retirer son masque toutes les 2 heures par séances de 10 à 15 mn, mais cela n'est pas possible à réaliser sinon il est mis à l'écart en classe et dans la récréation.... 

Il est porteur de lunette de vue donc il est tjrs embué et cela le gène énormément pour l'apprentissage a son école 

Il a des difficultés à s'exprimer... d’ailleurs il n’est plus volontaire pour parler en classe ...

Ne parle plus vraiment avec ses copains... 

C’est un petit garçon qui boit énormément mais là, sa bouteille reste pleine le soir quand je le récupère 

Son masque lui apporte de l'inconfort... 

Il me dit souvent " maman je n’ai plus envie d’aller à l’école les journées sont trop longues et fatigante à cause de ce truc "... 

Je viens de me rattacher à un collectif sur Facebook qui se nomme " collectif 83 non au port du masque " 

En espérant que cela apporte mon soutien et que cela fasse changer ce monde auquel nous vivons et dans l'espoir d'un avenir meilleur pour nos enfants 

Je reste à votre entière disposition 

De tout cœur avec vous 

Cordialement 

S.